PMA adoptée pour les couples lesbiens et les femmes seules, la créatrice du hashtag BalanceTonPorc condamnée pour diffamation, une usine a bébés démantelée au Nigeria

En France

L’Assemblée nationale a voté l’extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, dans le cadre de l’examination de la loi de biothétique. En circonstance, une réforme de la filiation a été adoptée : la compagne de la mère sera reconnue comme parent à part entière.

La députée Danièle Obono a proposé, toujours dans le cadre de la loi de bioéthique, de supprimer toute mention du sexe à l’état civil. Il a été rejeté.

La Fédération des conseils de parents d’élèves, qui a fait polémique après avoir publié une affiche soutenant l’autorisation des accompagnatrices voilées en sortie scolaire, a porté plainte contre Laurent Bouvet pour avoir diffusé des montages tournant l’affiche en dérision.

Le chanteur Patrick Bruel est accusé de harcèlement sexuel par deux autres femmes après l’ouverture d’une enquête suite à la plainte d’une première femme qui rapporte des comportements déplacés lors d’un massage.

Sandra Muller, la créatrice du hashtag BalanceTonPorc sur Twitter, a été condamnée pour diffamation à l’encontre d’Eric Brion, dont elle avait relatés des propos déplacés datant de 2012. Le tribunal a estimé que les propos de Brion ne correspondent pas à la définition de « harcèlement » tels que Muller les avait dénoncés sur Twitter.

Dans le monde

Lors d’un évènement organisé par l’association féministe britannique Women’s Place UK, en Angleterre, des militants transgenres se sont rassemblés à l’extérieur des locaux où se tenait la rencontre pour invectiver et intimider les invités et le public. Ils ont tapé aux fenêtres en scandant que l’association constitue une organisation « haineuse » envers les personnes transgenres. Plusieurs personnes ont été personnellement visées en tentant d’entrer dans le bâtiment : une femme a été aspergée d’eau, une autre s’est entendue crier dans l’oreille qu’elle devrait « avoir honte », et une autre a fondu en larmes sous la pression exercée par les protestataires.

En Corée du Sud, une femme se serait suicidée après avoir été filmée dans les vestiaires d’un hôpital. Les femmes protestent depuis plusieurs années contre une pratique courante dans le pays consistant à filmer les femmes en secret dans tous les endroits possibles (toilettes, écoles, domiciles, hôpitaux, hôtels…) pour en tirer des bénéfices sur des sites pornographiques.

En Inde, une femme est morte à la suite de complications lors d’une grossesse dans le cadre d’une gestation pour autrui. Elle aurait caché ses antécédents médicaux, qui la rendaient en réalité inéligible à une gestation, pour recevoir le paiement promis en échange de l’enfant.

Selon le FBI, aux États-Unis, le taux de viols ne cesse d’augmenter pour la sixième année consécutive alors que les autres crimes violents connaissent une baisse depuis les années 1990.

Les militants pour les droits des femmes en Indonésie réclament du nouveau gouvernement des mesures pour protéger les femmes des violences sexuelles avec une loi proposée il y a plusieurs années pour protéger les femmes du harcèlement, de l’exploitation ainsi que des avortements et de la prostitution forcés, mais qui avait été abandonnée due à l’opposition des conservateurs. Les militants s’opposent maintenant à un projet de loi visant à pénaliser l’adultère et l’avortement. On rapporte que 400,000 cas de violences sexuelles et conjugales ont été commises envers les femmes en 2018, contre 280,000 en 2013.

La police nigériane a secouru 19 femmes, entre 15 et 28 ans, détenues dans diverses propriétés dans la ville de Lagos, violées à répétition dans le but de les mettre enceintes et de vendre leurs enfants. Certaines ont été attirées dans la ville avec la promesse d’un emploi puis séquestrées dès leur arrivée, d’autres « savaient parfaitement » ce qu’elles faisaient selon le porte-parole de la police et espéraient gagner de l’argent avec la vente de leur bébé. Quatre enfants ont été sauvés. Les garçons devaient êtres vendus pour environ 1,300 euros, les filles 800 euros. Ces « usines à bébé », comme on les appelle, sont répandues dans le pays. L’an dernier, 160 enfants ont été secourus lors d’une opération similaire.

L’état mexicain d’Oaxaca a dépénalisé l’IVG, maintenant autorisé pendant les douze premières semaines de la grossesse, malgré une forte opposition par l’Église catholique. On rapporte que les avortements clandestins sont la troisième cause de mortalité maternelle dans le pays. C’est la deuxième région du Mexique qui autorise l’avortement après la ville de Mexico. Mais cette décision a incité 20 états sur les 31 du pays a restreindre encore plus l’IVG. Au Veracruz, par exemple, il a été entièrement interdit.

Un employé de Yahoo a reconnu avoir piraté les comptes de 6,000 femmes dans le but de trouver des photos et des vidéos d’elles dénudées. Il a plaidé coupable et encourt cinq ans d’emprisonnement ainsi que des dommages et intérêts de 230,000 euros.

En Australie, l’avortement été dépénalisé dans l’état de Nouvelle-Galles du Sud. C’était le dernier à condamner l’IVG selon une loi datant de 119 ans. L’IVG est dorénavant autorisé dans tout le pays.