Viol en réunion d’une ado de 14 ans, attaque d’un couple lesbien, une clinique pour « enfants trans » accusée d’avoir caché les échecs des traitements hormonaux, un homme ayant tué et démembré sa compagne s’identifie maintenant comme une femme

En France

Une adolescente de 14 ans, souffrant du syndrome de trisomie X, a été victime d’un viol en réunion dans un gymnase désaffecté de Bonneuil, dans le Val-de-Marne. Huit garçons, presque tous mineurs, ont été interpellés.

Un couple lesbien a été attaqué par une bande d’adolescentes à Lyon. Elles ont reçu une pluie de coups de poings et l’une d’elles a été grièvement blessée au visage à coups de cutter.

De nouveaux faits de sexisme et d’agressions sexuelles au sein de la rédaction française de Vice ont été révélés par Libération.

Le premier « Prix Simone Veil de la République française » a été délivré le 8 mars à Aissa Doumara Ngatansou, militante camerounaise, pour son combat contre les mariages forcés. Le prix est accompagné d’une récompense de 100.000 euros tiré d’une pochette de 120 millions d’euros destinée à aider les ONG qui oeuvrent à la cause des femmes.

Un homme a écopé de huit mois de prison avec sursis pour le viol de sa petite-fille, en 2008. Avant les faits, il avait déjà été condamné pour agression sexuelle et inscrit au fichier des auteurs d’infractions sexuelles.

À Toulouse, une stèle en mémoire de femmes victimes de violences masculines a été dégradée au moyen de tags où l’on pouvait lire une définition cynique du féminisme : « idéologie débile pour hystérique névrosée ».

Dans le monde

Une clinique pour « enfants trans » en Angleterre est accusée par un professeur d’Oxford d’avoir caché les effets négatifs des traitements hormonaux sur les enfants qu’elle a traités. Située à Londres, la clinique a utilisé des traitements expérimentaux sur 800 enfants, dont 230 en-dessous de 14 ans. En février dernier, le directeur du centre avait démissionné pour protester contre le personnel qui faisait « la sourde oreille » face aux avertissements de plusieurs médecins qui déploraient des « soins tristement inadaptés ». La clinique est sous la coupe du NHS, le système national de santé public au Royaume-Uni, dont les recherches en 2011 qui ont précédé l’ouverture de la clinique en 2015, ont révélé que les effets à long-terme de ces traitements restaient indéterminés et leur réversibilité incertaine.

Khaled Fahran, un homme condamné en 2000 pour le meurtre et le démembrement de sa compagne, a été relâché cette année et vit désormais sous le nom de Zahra Fahran, s’identifiant comme une femme. Durant son emprisonnement, il avait été transféré dans une prison pour femmes.

Amnesty International a lancé une campagne de mobilisation en ligne pour la libération de Nasrin Sotoudeh, une avocate iranienne condamnée à un total de 38 ans de prison et 148 coups de fouet.

L’Iran a été nommée au Comité pour les droits des femmes au sein de l’ONU le lendemain de la condamnation de Nasrin Sotoudeh.

Le Vancouver Rape Relief & Women’s Shelters, un foyer d’aide aux femmes victimes de viol et autres violences masculines, ne sera plus financé par la ville de Vancouver au motif qu’il exclut les femmes transgenres. La porte-parole du foyer, Hilla Kerner, a annoncé qu’il ne céderait pas à la pression : « Rape Relief possède assez de force et de principes et bénéficie de suffisamment de soutien dans la communauté. Nous n’accepterons pas ce genre d’argent. »

En Espagne, le Parti populaire, de droite, a proposé de retarder l’expulsion des migrantes enceintes qui feront adopter leur enfant dans le pays.

Le chanteur d’un boys band très populaire en Corée du Sud est accusé d’avoir soudoyé des investisseurs en leur offrant des prostituées. Il est aussi mêlé à une enquête sur des agressions sexuelles et de la vente de drogue qui se seraient déroulées dans un club pour lequel il était directeur des relations publiques.

La plateforme de jeu en ligne Steam a annulé la diffusion d’un jeu indépendant nommé « Rape Day », sous le format d’un roman graphique figurant des scènes de violences explicites envers les femmes et où le joueur se voit proposer de violer et d’assassiner durant une apocalypse zombie, selon le résumé : « Harcelez verbalement, tuez et violez des femmes pour progresser dans l’histoire. C’est un monde dangereux et sans règles. Les zombies aiment manger la chair des humains et les violer avec brutalité mais vous êtes le violeur le plus dangereux de la ville ».

Trois femmes du Salvador ont été libérées après avoir purgé environ 10 ans chacune d’une peine de 30 ans pour avoir fait une fausse couche, considérée par la justice comme un homicide.

En Italie, deux hommes ont été acquittés du viol d’une femme au prétexte qu’elle était « trop laide » et « masculine » pour avoir pu susciter le désir des accusés. Environ 200 personnes ont protesté.

En Alabama, un juge a autorisé un homme a poursuivre une clinique pour l’avortement de sa petite-amie, alors âgée de 16 ans.