Viol en réunion filmé, maison close de poupées sexuelles, la police de New York City en partenariat avec les proxénètes, prostitution au Kenya contre des serviettes hygiéniques

Une jeune fille de 19 ans a été violée en réunion sur un parking à Toulouse près d’une boite de nuit. Le crime a été filmé et relayé sur les réseaux sociaux. Les autorités sont intervenues pour supprimer les vidéos mais les quatre agresseurs sont encore recherchés.

La première maison close de poupées sexuelles en Italie a été fermée après neuf jours d’ouverture, vraisemblablement pour des raisons d’hygiène. Au Canada, l’ouverture d’une de ces nouvelles maisons closes avait été annulée fin août. Une maison similaire existe déjà à Paris, tenue de manière plus ou moins secrète dans un appartement et déclarée comme une « maison de jeux ».

Le président du Syndicat national des gynécologues et obstétriciens de France, Bertrand Rochambeau, a déclaré ne pas pratiquer d’IVG pour raisons personnelles, autorisées par la clause de conscience des médecins, en précisant que les médecins ne sont « pas là pour retirer des vies ». Ceci peu de temps après qu’une femme se soit vue refuser une IVG par les trois médecins compétents de l’hôpital Pôle Santé Sarthe et Loire après le départ à la retraite du seul médecin acceptant de pratiquer les IVG. Suspendue depuis janvier 2018, l’activité devrait reprendre ce mois-ci.

La ministre des femmes et de l’égalité au Royaume-Uni, Penny Mordaunt, a demandé l’ouverture d’une enquête sur les raisons qui ont vu le nombre de jeunes filles dans les « gender clinics », des cliniques de réassignation sexuelle, s’élever de 4000% en moins de dix ans : 1806 adolescentes sont accueillies dans ces cliniques en 2017-2018 contre 40 en 2009-2010.

Sept agents de la police de New York City ainsi qu’un policier retraité qui serait le cerveau de l’affaire ont été mis en examen pour avoir participé à la direction de plusieurs maisons closes. Entre autres, les policiers acceptaient des pots-de-vin des proxénètes contre des informations sur les descentes policières à venir, ou fournissaient des renseignements contre des « services » de prostituées moitié moins cher.

Un homme du nom de Shaun Pudwell, incarcéré pour douze atteintes sexuelles sur des filles mineures depuis 2007, s’identifie maintenant comme une femme sous le nom de Michelle Lewin. On rapporte qu’il a été transféré dans une prison pour femmes après avoir reçu l’approbation d’un changement d’état civil.

Au Kenya, de jeunes filles se prostituent pour obtenir des serviettes hygiéniques. Selon l’UNICEF, 65% des femmes du bidonville de Kibera, dans la région de Nairobi, la capitale du Kenya, ont échangé des actes sexuels contre des serviettes hygiéniques.